mercredi 14 novembre 2012

Alhama de Granada et les gorges de Los Tajos



L'objectif : Alhama de Granada, 65 km de Grenade, dans les montagnes
Afin de poursuivre ma route, je devais annoncer ma rupture avec Grenade. À ma grande surprise, elle n'a pas bronché, elle est plutôt restée silencieuse, mais je me plaisais à croire que les quelques gouttes de pluies qui m'accompagnaient lors de mon départ puissent être des larmes provenant de yeux de cette magnifique cité.



Au moins la dixième affiche avec le lévrier, sans voir de lévrier...
L'objectif : à 65 km, la ville de 6000 âmes portant le nom de Alhama de Granada (comme vous le verrez, je déforme plus d'une fois son nom, encore plus que l'Alhambra !). 

Après les 15 km m'écartant de la ville, ma jument commence à respirer.



Nous empruntons une route nationale plutôt secondaire (338) qui nous porte tranquillement vers les montagnes et, bien sûr, toujours des oliviers... qui me font perdre la tête.



Mon vélo, fraîchement réparé, file à toute allure dans les méandres des plaines et des vallées. Le paysage change tranquillement, les oliviers laissent place aux terres et aux troupeaux de chèvres, de vaches, et de moutons. J'en profite d'ailleurs pour tester mon langage animalier : 



La montée se poursuit jusqu'à ce que se dresse la ville de Alhama de Granada, prisonnière du roc et des gorges de Los Tajos. Ayant conservé son caractère original et traditionnel, avec quelques petites usines d'huile d'olives et de transformation d'amandes, le petit village a su conserver son charme est reste un petit bijou bien gardé de l'Andalousie.


Les gorges de Los Tajos, Alhama de Granada
Telle une bête, j'ai dû passer plus d'une heure caché sous les roches à l'abri du déluge 
En LIVE, mon expédition dans les gorges où j'en suis revenu complètement détrempé et cochonné :



L'emplacement unique de Alhama de Granada attira le regard des romains, qui, dès 100 après JC, y installèrent des troupes et exploitèrent une source thermale d'eau chaude puisée à même le sol, encore utilisée à ce jour. Je décidai d'aller voir les installations romaines de plus près :



La pluie et les orages m'ont contraint à y passer deux nuits avant de reprendre la route vers Antequera,  Ronda, les pueblos blanco et gagner finalement la côte et le Maroc. Vais-je pouvoir suivre mon plan ?

Le quartier arabe de Alhama de Granada