mardi 9 octobre 2012

"Sous" le Pont d'Avignon...

Une basilique se dresse dans la nuit 
Après trois journée de 100 km, une pause à Avignon était méritée. L'accès à la ville fut, par contre, pénible... 






Le fameux Pont de Saint-Bénézet
Dès la fin de ma visite des vignobles de Châteauneuf-Neuf-du-Pape, je me suis malencontreusement ramassé sur l'autoroute... Demi-tour, voitures rapides, sens unique, bref, une situation de merde. La "cata" quoi ! comme j'entends trop souvent en France (catastrophe).

La rue traversant la ville ceinturée.
Plusieurs kilomètres plus tard, j'accède à la route secondaire et je m'enligne donc vers Avignon.

Petite ruelle à Avignon.
Toutefois, Avignon est une ville ceinturée, d'une part, par des remparts et, d'autre part, par le Rhône (en partie). Conséquence, c'est le bordel ! Les voitures tournent en rond et à la queue leu-leu autour de la cité, certaines voitures prennent la route intra-muros, tandis que d'autres contournent la ville... Pas évident.


Le Palais des Papes.
Néanmoins, la ville a un cachet particulier en raison de sa ceinture de pierres. On se sent enveloppé, en sécurité. La circulation est limitée et les passants (et touristes) occupent l'espace urbain. Le Palais des Papes et le Pont Saint-Bénézet (d'Avignon) sont ses principales attractions. 


Frédéric, maître d'hôtel au Central, m'a longuement
conseillé sur mes destinations futures.
Toutefois. Il s'agit de s'aventurer dans ses impasses, de se perdre dans les ruelles pour y découvrir de véritables petits trésors.